Je me connecte à mon compte

Pour soumettre ta proposition et/ou voter pour celles que tu préfères, connecte-toi à ton compte.
Si tu n'as pas de compte, tu peux en créer un en cliquant ici.

Je crée mon compte

En créant ton compte, tu vas avoir la possibilité de soumettre ta proposition
et/ou voter pour celles que tu préfères.

Ton pseudo : (sans espaces, ni caractères spéciaux ou accents)

Ton adresse email :

Ton mot de passe :

  

Je m'abonne à la newsletter

Pour suivre nos actualités et nos évenements, laisse-nous ton adresse email afin de recevoir notre newsletter.

Ton adresse email :

  

Tu as une proposition sur la thématique Europe ?

Pour soumettre ta proposition, tu dois être membre !

je me connecte je crée mon compte

Je vote !

Pour pouvoir voter pour les propositions que tu préfères, tu dois être connecté.

je me connecte je crée mon compte

Les propositions pour l’Europe

Les proposisitions pour l'Europe du Forum Français de la Jeunesse…
En créant ton compte, tu peux voter pour celles que tu préfères et soumettre ta proposition.
Les propositions qui recevront le plus de votes seront mises en avant sur la page d'accueil du site.

Classement par thématiques

Parvenir à un réel espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Parvenir à un réel espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Le processus de Bologne constitue le principal outil de la construction d’un espace européen d’enseignement supérieur. À ce titre, nous tirons un bilan mitigé de sa mise en place et de ses évolutions : présence limitée des principaux·ales concerné·e·s (les étudiant·e·s) au sein du pilotage institutionnel, compétitivité économique de l’enseignement supérieur ; mise en concurrence accrue des établissements ; remise en cause de certains droits étudiants ; manque de suivi des objectifs fixés…

La construction européenne doit être un outil d’harmonisation par le haut s’agissant des conditions de vie des jeunes et de leurs droits sociaux. Pour devenir cet outil de progrès social, il faut que l’éducation soit au coeur du projet européen comme un objectif prioritaire et partagé.

Le Forum français de la jeunesse propose dès lors d’investir dans le secteur éducatif et de sortir les moyens dédiés à l’éducation, à l’enseignement supérieur et à la recherche du calcul du déficit public des États membres.

Il est également nécessaire de créer une structure indépendante en charge de contraindre les États membres à mettre en place les dispositions suivantes du processus de Bologne : une meilleure reconnaissance des diplômes à l’échelle européenne, une mutualisation vers le bas des frais d’inscription pour l’ensemble des étudiant·e·s (y compris les étudiant·e·s extracommunautaires), encourager la dimension internationale de l’enseignement supérieur européen tout en luttant contre les logiques de compétitivité économique.

Sur le modèle de l’appel à propositions de la Commission européenne paru en 201818, le Forum français de la jeunesse souhaite que l’UE alloue plus de financements à la création d’universités européennes.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Renforcer le programme Erasmus +

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Renforcer le programme Erasmus +

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Alors que l’Union européenne souhaite voir augmenter le nombre de jeunes ayant connu une mobilité, il est nécessaire qu’elle travaille au développement d’opportunités pour tous·tes. Loin d’accompagner l’ensemble des jeunes dans un tel projet, le programme Erasmus + ne bénéficie aujourd’hui qu’à une faible minorité de jeunes européen·ne·s.

La mobilité des jeunes chômeur·euse·s et des jeunes actif·ve·s doit aussi constituer un enjeu pour l’UE. Près de 50% des jeunes européen·ne·s sans emploi de 20 à 34 ans déclarent être prêt·e·s à se déplacer pour trouver du travail et l’expérience de la mobilité est quelque chose de plus en plus valorisé dans le monde du travail.

Le Forum français de la jeunesse propose de multiplier par 10 les financements alloués au programme Erasmus+ pour permettre à un maximum de jeunes de vivre une expérience de mobilité. Cet objectif financier permettra de satisfaire la forte demande des jeunes, il s’inscrit à cet égard dans la promesse du Président de la République que “la moitié d’une classe d’âge [soit en] mobilité Erasmus d’ici 2024».

De nouvelles formes de mobilités doivent également être encouragées et reconnues comme celles dites “à domicile”, destinées aux jeunes qui rencontrent des obstacles pour se déplacer ou alors qui ne sont pas prêt·e·s à franchir le pas d’une mobilité physique. Le FFJ souhaite en ce sens renforcer les “jumelages numériques” et ce dès le plus jeune âge : la participation au montage de projets numériques, entre des jeunes européen·ne·s, permet de vivre une expérience internationale sans se déplacer. Cette mesure doit s’accompagner d’un outil de reconnaissance, comme le Youthpass ou les crédits ECTS. Cette expérience numérique de la mobilité doit également être un moyen potentiel de donner à des jeunes qui ne souhaitaient pas partir, la volonté de vivre une expérience physique de la mobilité par la suite.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Améliorer l’information et la valorisation autour des mobilités

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Améliorer l’information et la valorisation autour des mobilités

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Pour le FFJ, la mobilité est un outil fondamental dans le renforcement de la citoyenneté européenne. Depuis 1987, la date de la création du programme Erasmus, l’Union européenne s’est dotée de nombreux dispositifs permettant de soutenir et faciliter les mobilités des jeunes européen·ne·s. Son programme phare, Erasmus +, a ainsi permis à des millions d’européen·ne·s d’effectuer une mobilité, mais cela reste encore insuffisant à l’échelle de toute une génération de jeunes puisque cela représente moins de 20% d’une classe d’âge.

Aujourd’hui, et pour de nombreux jeunes, l’accès à la mobilité est également freiné par des barrières financières, sociales, linguistiques et culturelles. À ce constat, s’ajoute aussi celui de la stagnation du nombre de jeunes à connaître une expérience de mobilité avant leurs 25 ans.

Le Forum français de la jeunesse propose de mettre en place des “médiateur·rices” dont la mission est d’orienter et de préparer les jeunes à la mobilité. En coopérant avec les associations qui oeuvrent dans ce domaine et en mobilisant les jeunes qui ont déjà vécu une mobilité, ces médiateur·rices ont pour objectif d’informer sur les dispositifs existants mais aussi de sensibiliser les acteurs économiques à la reconnaissance de la mobilité et à ses bienfaits en matière de savoir-être et de savoir-faire.

Cette reconnaissance doit également s’effectuer en :

  • Promouvant une plus grande transparence et lisibilité des modules éducatifs, comme c’est actuellement le cas avec les crédits ECTS
  • S’assurant que les établissements délivrent de manière systématique les diplômes complémentaires aux certificats de l’enseignement supérieur (suppléments de diplômes par exemple)

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Appliquer une politique ambitieuse en matière d’aide publique au développement

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Appliquer une politique ambitieuse en matière d’aide publique au développement

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

L’Union européenne est le premier donateur au monde en matière d’aide publique au développement (APD). Cette aide qui transite depuis les pays développés vers les pays en développement vise principalement à lutter contre l’extrême pauvreté et les maladies évitables. Elle produit aussi des effets indirects sur l’égalité entre les femmes et les hommes, la lutte contre la corruption ou encore la transparence des administrations.

Le Forum français de la jeunesse demande que l’objectif que les États membres consacrent collectivement 0.7% de la richesse nationale brute à l’APD soit atteint d’ici à 2030. Pour cela, l’UE doit avoir un rôle moteur et augmenter sa contribution en propre dans le cadre pluriannuel financier 2021-2027.

Le FFJ demande aussi à l’UE d’améliorer la transparence et l’évaluation de l’utilisation de cette aide. Les citoyen·ne·s doivent être en mesure de mesurer les impacts concrets produits par cette aide chaque année (enfants scolarisé·e·s, nombre d’écoles construites, de vaccins distribués…).

L’aide au développement doit aller vers une logique de coopération et non plus seulement un transfert d’argent, en développant le partage de savoir-faire mutuel, la formation et le renforcement des capacités. Cette aide doit cibler prioritairement les pays qui luttent contre la corruption, la pauvreté et oeuvrent activement pour leur souveraineté alimentaire.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Protéger les réfugié·e·s et déplacé·e·s environnementaux·ales

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Protéger les réfugié·e·s et déplacé·e·s environnementaux·ales

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Lors de la 14e Conférence des parties qui s’est tenue à Poznan en décembre 2008, le Haut-Commissaire adjoint des Nations unies pour les réfugiés a annoncé que près de 250 millions de personnes seraient amenées à se déplacer au milieu de ce siècle en raison d’un environnement dégradé.

Les catastrophes naturelles, environnementales et autres événements ou processus climatiques (désertification, sécheresse, augmentation du niveau de la mer…) entraînent déjà, et susciteront dans les prochaines années, des situations humaines dramatiques. Les déplacements liés à ces causes environnementales sont donc amenés à se multiplier en raison des conséquences des changements climatiques.

L’UE doit reconnaître et définir la notion de réfugié·e environnemental·e et pourrait à ce titre reprendre à son compte la définition du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) : “ceux qui sont forcés de quitter leur lieu de vie temporairement ou de façon permanente à cause d’une rupture environnementale (d’origine naturelle ou humaine) qui a mis en péril leur existence ou sérieusement affecté leurs conditions de vie”.

Dans un deuxième temps, le Forum français de la jeunesse propose d’étendre aux réfugié·e·s et aux déplacé·e·s environnementaux·ales la protection subsidiaire. Au sens de la loi française, cette protection est accordée à toute personne dont la situation ne répond pas à la définition du statut de réfugié·e.

Par ailleurs le Forum français de la jeunesse souhaite que l’UE :

  • Applique réellement l’Accord de Paris sur le climat (COP 21) et notamment son objectif de contenir la hausse du réchauffement climatique sous les 1.5°C d’ici à la fin du siècle
  • Renforce, par le biais de l’aide publique au développement, les “financements climat pour l’adaptation” aux pays les plus pauvres et les plus vulnérables qui sont les moins responsables du changement climatique, et pourtant les plus touchés.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Repenser les accords de Dublin

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Repenser les accords de Dublin

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Dans le contexte des crises qui frappent de nombreux pays des rives Sud et Est de la Méditerranée, les migrations forcées vers l’UE ont connu un nouvel essor ces dernières années. En vertu de la Convention de Genève ainsi que de la Charte des droits fondamentaux de l’UE, les Etats membres se doivent de garantir le droit d’asile dans le respect du principe de non-refoulement.

Les accords de Dublin obligent les migrant·e·s à déposer leur demande d’asile dans le pays où ils·elles arrivent dans la majorité des cas. Ce dispositif instaure des disparités entre les États membres et repose sur l’idée que tous les États membres appliqueraient les mêmes politiques d’accueil des demandeur·euse·s d’asile, ce qui est faux. Surtout, cette procédure ne prend pas en compte les aspirations et les besoins des personnes qui arrivent sur le sol européen.

  • Le Forum français de la jeunesse propose de réformer les accords de Dublin en soutenant la proposition du Parlement européen relative à la réforme de Dublin IV dans ses grands principes, et notamment les points suivants :
  • Demander au migrant ou à la migrante où il·elle souhaite se rendre en fonction de critères : présence d’un membre de sa famille, même culture ou même langue
  • Définir un espace d’asile commun dans l’UE
  • Aider les migrant·e·s à s’intégrer au mieux dans les pays d’accueil grâce à des dispositifs identiques pour tous les pays européens en adoptant une approche globale de l’intégration
  • Permettre un meilleure prise en charge des mineur·e·s, particulièrement lorsqu’ils·elles sont non accompagné·e·s : accès à la santé et à l’éducation dans les centres d’accueil. Pour cela, il convient de s’assurer du respect effectif de la Charte des droits fondamentaux de l’UE ou encore de la Convention internationale des droits de l’enfant

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Soutenir le développement des médias transnationaux

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Soutenir le développement des médias transnationaux

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Tandis que l’Union européenne protège la liberté de la presse et sa pluralité au sein des États membres, les médias transnationaux se font rares. Sources de richesses, de mise en communs des savoir-faire et d’une meilleure appréhension d’une culture européenne, ils semblent pourtant être l’avenir des médias.

Le Forum français de la jeunesse réclame la création d’un Fonds d’aide de développement et de soutien à la création de médias transnationaux, géré par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Cet accompagnement financier doit permettre l’émergence d’un réseau de médias à vocation européenne accessible gratuitement et de manière uniforme dans l’ensemble des États membres.

Le développement de médias transnationaux permettra de communiquer davantage sur l’actualité de l’UE mais également sur son fonctionnement et sa vie démocratique. Ils combleront les lacunes des médias nationaux qui effectuent eux un traitement très variable des actualités européennes.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Sensibiliser les jeunes européen·ne·s à la lutte contre les discriminations

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Sensibiliser les jeunes européen·ne·s à la lutte contre les discriminations

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne reconnaît le droit à la non-discrimination. La Cour de justice de l’Union européenne parvient à réduire certaines discriminations, comme en 2011, par la reconnaissance des mêmes droits à un couple homosexuel uni par un pacte civil qu’à un couple marié.

Néanmoins, l’UE est encore dans une dynamique de censure des atteintes à ce droit fondamental sans traiter le problème en amont, par la sensibilisation et l’éducation.

Dans cette approche, le Forum français de la jeunesse préconise que l’Union européenne se dote d’un centre de ressources en ligne (accessible dans les 24 langues officielles de l’UE) pour toucher les jeunes et les adultes sur la question de la lutte contre les discriminations. Cette préconisation s’intègre parfaitement avec l’objectif européen pour la jeunesse n°2 relatif à “l’égalité des genres”.

Ce centre de ressources doit également pouvoir s’appuyer sur la création de bibliothèques physiques dédiées à la thématique de la non-discrimination et des droits fondamentaux. En matière de protection des droits fondamentaux, l’UE doit s’appuyer sur l’expertise développée par le Conseil de l’Europe depuis 1949, et notamment son Conseil consultatif sur la jeunesse qui agit pour la reconnaissance des minorités sexuelles et ethniques.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Mieux accompagner et informer les jeunes sur les questions de santé, de sexualités et de genre

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Mieux accompagner et informer les jeunes sur les questions de santé, de sexualités et de genre

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Les États membres de l’Union européenne sont inégaux devant les questions de santé, de sexualités et de genre. Tandis que certains prévoient des enseignements obligatoires dans les cursus scolaires, d’autres remettent en cause des droits acquis dans ce domaine jusqu’à la discrimination des minorités sexuelles.

Par ailleurs, en France, un rapport du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a montré que 25% des établissements (entendus par le HCE), « n’avaient mis en place aucune action ou séance en matière d’éducation à la sexualité, malgré leur obligation légale ». Ce chiffre témoigne des inégalités qui perdurent, en France comme en Europe, devant l’accès à l’éducation aux sexualités.

Le Forum français de la jeunesse préconise que l’Union européenne structure un réseau d’information et de sensibilisation permettant d’accompagner et d’informer les jeunes sur les questions de santé, de sexualités et de genre.

L’objectif de ce réseau, composé d’acteurs associatifs et d’entités parapubliques, est de fournir des services gratuits et anonymes aux jeunes pour tendre à une harmonisation au sein des États membres de l’UE. Ce réseau doit :

  • S’appuyer sur des “référent·e·s égalité” qui interviennent en milieu scolaire
  • S’assurer que ses membres respectent la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
  • Pouvoir bénéficier d’un financement européen pour soutenir ses membres le cas échéant

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Réinventer la politique agricole commune

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Réinventer la politique agricole commune

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Dans un contexte de bouleversement des pratiques alimentaires, les modèles agricoles et agroalimentaires sont en pleine adaptation. L’impact de l’agriculture intensive sur l’environnement est de plus en plus manifeste, et plusieurs scandales sanitaires (viande de cheval vendue comme du boeuf en 2013) ont entamé la crédibilité d’un modèle productiviste qui doit être revu en profondeur. Certains jeunes s’adaptent d’ailleurs à cette nouvelle donne, en adaptant de nouveaux régimes alimentaires. D’après un sondage de novembre 2017, 11% des jeunes seraient végétarien·ne·s, végétalien·ne·s ou flexitarien·ne·s.

Partout en Europe les surfaces agricoles cultivées en bio progressent chaque année mais manquent d’une véritable cohérence. Comme instrument historique harmonisant l’économie agricole européenne, la politique agricole commune (PAC) doit être réformée en priorité.

Le Forum français de la jeunesse propose de réinventer la PAC en encourageant une agriculture plus responsable et plus écologique via de nouveaux critères d’allocation des aides :

  • Favoriser les petites exploitations qui mettent l’accent sur la qualité, en conditionnant les aides au nombre d’emplois à temps plein dans les exploitations (plutôt que de prendre en compte la taille des exploitations)
  • Prendre en compte la manière de produire et le type de production
  • Introduire dans les critères de conditionnalité de la PAC le respect du label bio européen. Il convient de s’assurer que la PAC soit un instrument au service de la biodiversité

Depuis l’entrée en vigueur du règlement européen sur l’agriculture biologique en 2009, les labels bio nationaux ont disparu pour laisser la place à un label bio unique européen. Cette harmonisation entre les États membres s’est faite au détriment de certains pays (comme la France). Le Forum français de la jeunesse propose aujourd’hui de renforcer l’exigence de ce label pour qu’il inclue des critères territoriaux, éthiques et sociaux.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Reconnaître des « biens communs » environnementaux au niveau européen

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Reconnaître des « biens communs » environnementaux au niveau européen

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Bien qu’aujourd’hui les sciences économiques définissent la notion de “biens communs”, aucun texte européen n’y fait référence. Cette situation ne permet pas de se doter d’instruments juridiques et politiques permettant de réguler leurs usages, et surtout de les protéger.

Dans ce contexte, le FFJ est convaincu qu’une gestion particulière des “biens communs” peut constituer le socle d’un nouveau modèle social européen fondé sur la coopération, la justice, l’inclusion et la solidarité.

Le Forum français de la jeunesse demande à l’UE qu’elle s’approprie et reconnaisse la notion de “biens communs”, et qu’elle les exclue des règles du marché intérieur européen. Ces biens essentiels à la vie ne peuvent être considérés comme des «marchandises», leur propriété et leur gestion doivent être publiques, démocratiques et participatives.

De cette manière, l’UE peut garantir à chacun·e l’accès aux biens communs essentiels et contribuer à leur protection. L’Union sera notamment garante de la qualité de l’air ;
si ce dernier est considéré comme un “bien commun” européen, sa pollution pourra
faire l’objet d’un recours devant la Cour de justice de l’Union européenne.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Introduire en droit européen une notion de «préjudice environnemental»

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Introduire en droit européen une notion de «préjudice environnemental»

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Dans son rapport d’octobre 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) tire la sonnette d’alarme. Le réchauffement climatique s’accélère et ses impacts sur la biodiversité, les écosystèmes, les ressources naturelles aussi. Ces conséquences n’ont jamais été aussi visibles. Les attentes de la société civile sont de plus en plus en plus grandes, pourtant l’action des Gouvernements demeure insuffisante.

Partout en Europe des milliers de jeunes se mobilisent pour le climat et demandent aux pouvoirs publics d’aller plus vite en matière de protection de l’environnement.

Le Forum français de la jeunesse souhaite introduire dans l’ordre juridique européen les notions de “préjudice environnemental” et de “droit à vivre dans un environnement sain”.

Les citoyen·ne·s doivent pouvoir faire valoir ce nouveau droit, en saisissant la Cour de justice de l’Union européenne sur ces motifs, pour en assurer une effectivité totale.

Cette mesure permet de concrétiser à l’échelle de l’UE la notion de responsabilité : celle des entreprises dont les activités portent préjudice à l’environnement, et celle de chacun·e vis-à-vis des générations futures. Allons vers une Europe responsable de ses actes !

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Partout en Europe, le taux de participation aux élections européennes est particulièrement faible chez les jeunes. Ceci est moins le fait de la propagation de l’euroscepticisme qu’un désintérêt pour la politique européenne. L’Union européenne “c’est loin”, “ça ne me touche pas”. Ces a priori, partagés par beaucoup, témoignent d’un manque d’informations ou de confiance vis-à-vis de l’Europe.

C’est pourquoi, le FFJ propose d’impliquer davantage les citoyen·ne·s européen·ne·s pour que l’UE puisse devenir une réalité pour chacun·e et le fruit d’une démocratie continue.

À l’image des consultations citoyennes sur l’Europe qui ont mobilisé des milliers de personnes entre avril et octobre 2018, le Forum français de la jeunesse propose de mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe dans tous les États membres.

Tiré·e·s au sort, les participant·e·s de ces assemblées devront être représentatif·ve·s des citoyen·ne·s européen·ne·s (notamment en matière d’âge et de profession) et choisiront s’ils·elles veulent, ou non, prendre part à ces assemblées. Votées à la majorité, les délibérations seront transmises et synthétisées par les points de liaison du Parlement européen dans les États membres. Les propositions seront par la suite inscrites à l’ordre du jour du Parlement européen et feront l’objet de travaux au sein des commissions spécialisées.

Parallèlement, nous préconisons que chaque européen·e puisse s’exprimer et se tenir informé·e des travaux réalisés par les assemblées citoyennes, via une plateforme numérique dédiée. Cette plateforme pourra aussi orienter les citoyen·ne·s plus facilement vers les outils que l’UE met à leur disposition pour qu’ils·elles exercent pleinement leur citoyenneté (Consultation publique de la Commission européenne, requête au médiateur européen, pétition…).

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Donner à l’Europe plus de place dans le domaine de la culture

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Donner à l’Europe plus de place dans le domaine de la culture

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

La compétence culturelle de l’Union européenne (UE) est reconnue par l’article 167 du Traité de Lisbonne : “l’Union contribue à l’épanouissement des cultures des États membres dans le respect de leur diversité nationale et régionale”. Cela signifie que l’Union ne peut intervenir que pour soutenir, coordonner ou compléter les politiques culturelles mises en place par les Etats membres.

Des programmes phares ont malgré tout su émerger depuis les années 1980 : les capitales européennes de la culture, les journées européennes du patrimoine, le prix LUX décerné par le Parlement européen ou encore le programme Creative Europe, programme-cadre de la Commission européenne visant à soutenir les secteurs de la culture et de l’audiovisuel. Selon le Forum français de la jeunesse, l’Union européenne a un plus grand rôle à jouer dans la culture au sein des États membres, ce qui doit passer en premier lieu par une meilleure information.

Le Forum français de la jeunesse préconise de mieux informer et sensibiliser les citoyen·ne·s (et notamment les artistes et créateurs·créatrices) sur les différents programmes et financements européens qui s’offrent à eux·elles.

Il appartient aux Centres d’information Europe Direct (plus de 600 antennes locales en Europe) de faire le lien entre l’échelon européen et l’échelon local, en donnant un accès aux informations culturelles et des moyens de coopération transnationaux dans le domaine de la culture.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Abaisser le droit de vote à 16 ans pour les élections européennes

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Abaisser le droit de vote à 16 ans pour les élections européennes

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Le préjugé selon lequel les jeunes de moins de 18 ans n’auraient pas la maturité nécessaire pour s’intéresser et prendre part à la vie publique est infondé.

Partout en Europe des États s’engagent sur cette voie : l’Autriche et Malte ont généralisé le droit de vote à 16 ans pour toutes les élections ; en Allemagne, certains Länder ont mis en place le vote à 16 ans pour les élections locales et régionales. En 2014, lors du référendum pour l’indépendance, l’Écosse a autorisé le droit de vote à 16 ans. D’après un sondage, 75% des 16-17 ans ont utilisé leur droit de vote à cette occasion.

Afin d’apporter une réponse à la faible participation, nous souhaitons abaisser le droit de vote à 16 ans pour les élections européennes. Pour le FFJ, ceci serait une réponse politique forte, à même de résorber une partie de la défiance des jeunes vis-à-vis du vote.

Cette mesure seule ne peut suffire. Pour cela, le Forum français de la jeunesse souhaite renforcer les cours d’éducation à la citoyenneté européenne, pour permettre l’éveil et la sensibilisation des jeunes le plus tôt possible. Ainsi, il convient d’inviter dans le milieu éducatif des acteurs·actrices de l’éducation populaire et de l’éducation non-formelle. Nous préconisons en ce sens une pédagogie active : il faut permettre aux élèves d’être acteurs·actrices et non plus spectateurs·spectatrices de la vie publique. Cela suppose d’introduire du débat et des méthodes participatives au sein des écoles à l’image des simulations de vote, des jeux de rôles (comme la méthode du Planspiel), ou encore d’autres outils pédagogiques innovants.

Nous faisons la proposition supplémentaire de banaliser chaque année le 9 mai – jour de la Fête de l’Europe – pour permettre aux organisations de la société civile de réaliser des interventions en milieu scolaire.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Donner à l’Europe plus de place dans le domaine de la culture

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Donner à l’Europe plus de place dans le domaine de la culture

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

La compétence culturelle de l’Union européenne (UE) est reconnue par l’article 167 du Traité de Lisbonne : “l’Union contribue à l’épanouissement des cultures des États membres dans le respect de leur diversité nationale et régionale”. Cela signifie que l’Union ne peut intervenir que pour soutenir, coordonner ou compléter les politiques culturelles mises en place par les Etats membres.

Des programmes phares ont malgré tout su émerger depuis les années 1980 : les capitales européennes de la culture, les journées européennes du patrimoine, le prix LUX décerné par le Parlement européen ou encore le programme Creative Europe, programme-cadre de la Commission européenne visant à soutenir les secteurs de la culture et de l’audiovisuel. Selon le Forum français de la jeunesse, l’Union européenne a un plus grand rôle à jouer dans la culture au sein des États membres, ce qui doit passer en premier lieu par une meilleure information.

Le Forum français de la jeunesse préconise de mieux informer et sensibiliser les citoyen·ne·s (et notamment les artistes et créateurs·créatrices) sur les différents programmes et financements européens qui s’offrent à eux·elles.

Il appartient aux Centres d’information Europe Direct (plus de 600 antennes locales en Europe) de faire le lien entre l’échelon européen et l’échelon local, en donnant un accès aux informations culturelles et des moyens de coopération transnationaux dans le domaine de la culture.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Améliorer l’information et la valorisation autour des mobilités

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Améliorer l’information et la valorisation autour des mobilités

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Pour le FFJ, la mobilité est un outil fondamental dans le renforcement de la citoyenneté européenne. Depuis 1987, la date de la création du programme Erasmus, l’Union européenne s’est dotée de nombreux dispositifs permettant de soutenir et faciliter les mobilités des jeunes européen·ne·s. Son programme phare, Erasmus +, a ainsi permis à des millions d’européen·ne·s d’effectuer une mobilité, mais cela reste encore insuffisant à l’échelle de toute une génération de jeunes puisque cela représente moins de 20% d’une classe d’âge.

Aujourd’hui, et pour de nombreux jeunes, l’accès à la mobilité est également freiné par des barrières financières, sociales, linguistiques et culturelles. À ce constat, s’ajoute aussi celui de la stagnation du nombre de jeunes à connaître une expérience de mobilité avant leurs 25 ans.

Le Forum français de la jeunesse propose de mettre en place des “médiateur·rices” dont la mission est d’orienter et de préparer les jeunes à la mobilité. En coopérant avec les associations qui oeuvrent dans ce domaine et en mobilisant les jeunes qui ont déjà vécu une mobilité, ces médiateur·rices ont pour objectif d’informer sur les dispositifs existants mais aussi de sensibiliser les acteurs économiques à la reconnaissance de la mobilité et à ses bienfaits en matière de savoir-être et de savoir-faire.

Cette reconnaissance doit également s’effectuer en :

  • Promouvant une plus grande transparence et lisibilité des modules éducatifs, comme c’est actuellement le cas avec les crédits ECTS
  • S’assurant que les établissements délivrent de manière systématique les diplômes complémentaires aux certificats de l’enseignement supérieur (suppléments de diplômes par exemple)

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Soutenir le développement des médias transnationaux

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Soutenir le développement des médias transnationaux

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Tandis que l’Union européenne protège la liberté de la presse et sa pluralité au sein des États membres, les médias transnationaux se font rares. Sources de richesses, de mise en communs des savoir-faire et d’une meilleure appréhension d’une culture européenne, ils semblent pourtant être l’avenir des médias.

Le Forum français de la jeunesse réclame la création d’un Fonds d’aide de développement et de soutien à la création de médias transnationaux, géré par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Cet accompagnement financier doit permettre l’émergence d’un réseau de médias à vocation européenne accessible gratuitement et de manière uniforme dans l’ensemble des États membres.

Le développement de médias transnationaux permettra de communiquer davantage sur l’actualité de l’UE mais également sur son fonctionnement et sa vie démocratique. Ils combleront les lacunes des médias nationaux qui effectuent eux un traitement très variable des actualités européennes.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Partout en Europe, le taux de participation aux élections européennes est particulièrement faible chez les jeunes. Ceci est moins le fait de la propagation de l’euroscepticisme qu’un désintérêt pour la politique européenne. L’Union européenne “c’est loin”, “ça ne me touche pas”. Ces a priori, partagés par beaucoup, témoignent d’un manque d’informations ou de confiance vis-à-vis de l’Europe.

C’est pourquoi, le FFJ propose d’impliquer davantage les citoyen·ne·s européen·ne·s pour que l’UE puisse devenir une réalité pour chacun·e et le fruit d’une démocratie continue.

À l’image des consultations citoyennes sur l’Europe qui ont mobilisé des milliers de personnes entre avril et octobre 2018, le Forum français de la jeunesse propose de mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe dans tous les États membres.

Tiré·e·s au sort, les participant·e·s de ces assemblées devront être représentatif·ve·s des citoyen·ne·s européen·ne·s (notamment en matière d’âge et de profession) et choisiront s’ils·elles veulent, ou non, prendre part à ces assemblées. Votées à la majorité, les délibérations seront transmises et synthétisées par les points de liaison du Parlement européen dans les États membres. Les propositions seront par la suite inscrites à l’ordre du jour du Parlement européen et feront l’objet de travaux au sein des commissions spécialisées.

Parallèlement, nous préconisons que chaque européen·e puisse s’exprimer et se tenir informé·e des travaux réalisés par les assemblées citoyennes, via une plateforme numérique dédiée. Cette plateforme pourra aussi orienter les citoyen·ne·s plus facilement vers les outils que l’UE met à leur disposition pour qu’ils·elles exercent pleinement leur citoyenneté (Consultation publique de la Commission européenne, requête au médiateur européen, pétition…).

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Appliquer une politique ambitieuse en matière d’aide publique au développement

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Appliquer une politique ambitieuse en matière d’aide publique au développement

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

L’Union européenne est le premier donateur au monde en matière d’aide publique au développement (APD). Cette aide qui transite depuis les pays développés vers les pays en développement vise principalement à lutter contre l’extrême pauvreté et les maladies évitables. Elle produit aussi des effets indirects sur l’égalité entre les femmes et les hommes, la lutte contre la corruption ou encore la transparence des administrations.

Le Forum français de la jeunesse demande que l’objectif que les États membres consacrent collectivement 0.7% de la richesse nationale brute à l’APD soit atteint d’ici à 2030. Pour cela, l’UE doit avoir un rôle moteur et augmenter sa contribution en propre dans le cadre pluriannuel financier 2021-2027.

Le FFJ demande aussi à l’UE d’améliorer la transparence et l’évaluation de l’utilisation de cette aide. Les citoyen·ne·s doivent être en mesure de mesurer les impacts concrets produits par cette aide chaque année (enfants scolarisé·e·s, nombre d’écoles construites, de vaccins distribués…).

L’aide au développement doit aller vers une logique de coopération et non plus seulement un transfert d’argent, en développant le partage de savoir-faire mutuel, la formation et le renforcement des capacités. Cette aide doit cibler prioritairement les pays qui luttent contre la corruption, la pauvreté et oeuvrent activement pour leur souveraineté alimentaire.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Sensibiliser les jeunes européen·ne·s à la lutte contre les discriminations

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Sensibiliser les jeunes européen·ne·s à la lutte contre les discriminations

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne reconnaît le droit à la non-discrimination. La Cour de justice de l’Union européenne parvient à réduire certaines discriminations, comme en 2011, par la reconnaissance des mêmes droits à un couple homosexuel uni par un pacte civil qu’à un couple marié.

Néanmoins, l’UE est encore dans une dynamique de censure des atteintes à ce droit fondamental sans traiter le problème en amont, par la sensibilisation et l’éducation.

Dans cette approche, le Forum français de la jeunesse préconise que l’Union européenne se dote d’un centre de ressources en ligne (accessible dans les 24 langues officielles de l’UE) pour toucher les jeunes et les adultes sur la question de la lutte contre les discriminations. Cette préconisation s’intègre parfaitement avec l’objectif européen pour la jeunesse n°2 relatif à “l’égalité des genres”.

Ce centre de ressources doit également pouvoir s’appuyer sur la création de bibliothèques physiques dédiées à la thématique de la non-discrimination et des droits fondamentaux. En matière de protection des droits fondamentaux, l’UE doit s’appuyer sur l’expertise développée par le Conseil de l’Europe depuis 1949, et notamment son Conseil consultatif sur la jeunesse qui agit pour la reconnaissance des minorités sexuelles et ethniques.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Reconnaître des « biens communs » environnementaux au niveau européen

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Reconnaître des « biens communs » environnementaux au niveau européen

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Bien qu’aujourd’hui les sciences économiques définissent la notion de “biens communs”, aucun texte européen n’y fait référence. Cette situation ne permet pas de se doter d’instruments juridiques et politiques permettant de réguler leurs usages, et surtout de les protéger.

Dans ce contexte, le FFJ est convaincu qu’une gestion particulière des “biens communs” peut constituer le socle d’un nouveau modèle social européen fondé sur la coopération, la justice, l’inclusion et la solidarité.

Le Forum français de la jeunesse demande à l’UE qu’elle s’approprie et reconnaisse la notion de “biens communs”, et qu’elle les exclue des règles du marché intérieur européen. Ces biens essentiels à la vie ne peuvent être considérés comme des «marchandises», leur propriété et leur gestion doivent être publiques, démocratiques et participatives.

De cette manière, l’UE peut garantir à chacun·e l’accès aux biens communs essentiels et contribuer à leur protection. L’Union sera notamment garante de la qualité de l’air ;
si ce dernier est considéré comme un “bien commun” européen, sa pollution pourra
faire l’objet d’un recours devant la Cour de justice de l’Union européenne.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Introduire en droit européen une notion de «préjudice environnemental»

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Introduire en droit européen une notion de «préjudice environnemental»

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Dans son rapport d’octobre 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) tire la sonnette d’alarme. Le réchauffement climatique s’accélère et ses impacts sur la biodiversité, les écosystèmes, les ressources naturelles aussi. Ces conséquences n’ont jamais été aussi visibles. Les attentes de la société civile sont de plus en plus en plus grandes, pourtant l’action des Gouvernements demeure insuffisante.

Partout en Europe des milliers de jeunes se mobilisent pour le climat et demandent aux pouvoirs publics d’aller plus vite en matière de protection de l’environnement.

Le Forum français de la jeunesse souhaite introduire dans l’ordre juridique européen les notions de “préjudice environnemental” et de “droit à vivre dans un environnement sain”.

Les citoyen·ne·s doivent pouvoir faire valoir ce nouveau droit, en saisissant la Cour de justice de l’Union européenne sur ces motifs, pour en assurer une effectivité totale.

Cette mesure permet de concrétiser à l’échelle de l’UE la notion de responsabilité : celle des entreprises dont les activités portent préjudice à l’environnement, et celle de chacun·e vis-à-vis des générations futures. Allons vers une Europe responsable de ses actes !

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Réinventer la politique agricole commune

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Réinventer la politique agricole commune

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Dans un contexte de bouleversement des pratiques alimentaires, les modèles agricoles et agroalimentaires sont en pleine adaptation. L’impact de l’agriculture intensive sur l’environnement est de plus en plus manifeste, et plusieurs scandales sanitaires (viande de cheval vendue comme du boeuf en 2013) ont entamé la crédibilité d’un modèle productiviste qui doit être revu en profondeur. Certains jeunes s’adaptent d’ailleurs à cette nouvelle donne, en adaptant de nouveaux régimes alimentaires. D’après un sondage de novembre 2017, 11% des jeunes seraient végétarien·ne·s, végétalien·ne·s ou flexitarien·ne·s.

Partout en Europe les surfaces agricoles cultivées en bio progressent chaque année mais manquent d’une véritable cohérence. Comme instrument historique harmonisant l’économie agricole européenne, la politique agricole commune (PAC) doit être réformée en priorité.

Le Forum français de la jeunesse propose de réinventer la PAC en encourageant une agriculture plus responsable et plus écologique via de nouveaux critères d’allocation des aides :

  • Favoriser les petites exploitations qui mettent l’accent sur la qualité, en conditionnant les aides au nombre d’emplois à temps plein dans les exploitations (plutôt que de prendre en compte la taille des exploitations)
  • Prendre en compte la manière de produire et le type de production
  • Introduire dans les critères de conditionnalité de la PAC le respect du label bio européen. Il convient de s’assurer que la PAC soit un instrument au service de la biodiversité

Depuis l’entrée en vigueur du règlement européen sur l’agriculture biologique en 2009, les labels bio nationaux ont disparu pour laisser la place à un label bio unique européen. Cette harmonisation entre les États membres s’est faite au détriment de certains pays (comme la France). Le Forum français de la jeunesse propose aujourd’hui de renforcer l’exigence de ce label pour qu’il inclue des critères territoriaux, éthiques et sociaux.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Reconnaître des « biens communs » environnementaux au niveau européen

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Reconnaître des « biens communs » environnementaux au niveau européen

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Bien qu’aujourd’hui les sciences économiques définissent la notion de “biens communs”, aucun texte européen n’y fait référence. Cette situation ne permet pas de se doter d’instruments juridiques et politiques permettant de réguler leurs usages, et surtout de les protéger.

Dans ce contexte, le FFJ est convaincu qu’une gestion particulière des “biens communs” peut constituer le socle d’un nouveau modèle social européen fondé sur la coopération, la justice, l’inclusion et la solidarité.

Le Forum français de la jeunesse demande à l’UE qu’elle s’approprie et reconnaisse la notion de “biens communs”, et qu’elle les exclue des règles du marché intérieur européen. Ces biens essentiels à la vie ne peuvent être considérés comme des «marchandises», leur propriété et leur gestion doivent être publiques, démocratiques et participatives.

De cette manière, l’UE peut garantir à chacun·e l’accès aux biens communs essentiels et contribuer à leur protection. L’Union sera notamment garante de la qualité de l’air ;
si ce dernier est considéré comme un “bien commun” européen, sa pollution pourra
faire l’objet d’un recours devant la Cour de justice de l’Union européenne.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Introduire en droit européen une notion de «préjudice environnemental»

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Introduire en droit européen une notion de «préjudice environnemental»

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Dans son rapport d’octobre 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) tire la sonnette d’alarme. Le réchauffement climatique s’accélère et ses impacts sur la biodiversité, les écosystèmes, les ressources naturelles aussi. Ces conséquences n’ont jamais été aussi visibles. Les attentes de la société civile sont de plus en plus en plus grandes, pourtant l’action des Gouvernements demeure insuffisante.

Partout en Europe des milliers de jeunes se mobilisent pour le climat et demandent aux pouvoirs publics d’aller plus vite en matière de protection de l’environnement.

Le Forum français de la jeunesse souhaite introduire dans l’ordre juridique européen les notions de “préjudice environnemental” et de “droit à vivre dans un environnement sain”.

Les citoyen·ne·s doivent pouvoir faire valoir ce nouveau droit, en saisissant la Cour de justice de l’Union européenne sur ces motifs, pour en assurer une effectivité totale.

Cette mesure permet de concrétiser à l’échelle de l’UE la notion de responsabilité : celle des entreprises dont les activités portent préjudice à l’environnement, et celle de chacun·e vis-à-vis des générations futures. Allons vers une Europe responsable de ses actes !

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Partout en Europe, le taux de participation aux élections européennes est particulièrement faible chez les jeunes. Ceci est moins le fait de la propagation de l’euroscepticisme qu’un désintérêt pour la politique européenne. L’Union européenne “c’est loin”, “ça ne me touche pas”. Ces a priori, partagés par beaucoup, témoignent d’un manque d’informations ou de confiance vis-à-vis de l’Europe.

C’est pourquoi, le FFJ propose d’impliquer davantage les citoyen·ne·s européen·ne·s pour que l’UE puisse devenir une réalité pour chacun·e et le fruit d’une démocratie continue.

À l’image des consultations citoyennes sur l’Europe qui ont mobilisé des milliers de personnes entre avril et octobre 2018, le Forum français de la jeunesse propose de mettre en place des assemblées citoyennes sur l’Europe dans tous les États membres.

Tiré·e·s au sort, les participant·e·s de ces assemblées devront être représentatif·ve·s des citoyen·ne·s européen·ne·s (notamment en matière d’âge et de profession) et choisiront s’ils·elles veulent, ou non, prendre part à ces assemblées. Votées à la majorité, les délibérations seront transmises et synthétisées par les points de liaison du Parlement européen dans les États membres. Les propositions seront par la suite inscrites à l’ordre du jour du Parlement européen et feront l’objet de travaux au sein des commissions spécialisées.

Parallèlement, nous préconisons que chaque européen·e puisse s’exprimer et se tenir informé·e des travaux réalisés par les assemblées citoyennes, via une plateforme numérique dédiée. Cette plateforme pourra aussi orienter les citoyen·ne·s plus facilement vers les outils que l’UE met à leur disposition pour qu’ils·elles exercent pleinement leur citoyenneté (Consultation publique de la Commission européenne, requête au médiateur européen, pétition…).

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Donner à l’Europe plus de place dans le domaine de la culture

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Donner à l’Europe plus de place dans le domaine de la culture

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

La compétence culturelle de l’Union européenne (UE) est reconnue par l’article 167 du Traité de Lisbonne : “l’Union contribue à l’épanouissement des cultures des États membres dans le respect de leur diversité nationale et régionale”. Cela signifie que l’Union ne peut intervenir que pour soutenir, coordonner ou compléter les politiques culturelles mises en place par les Etats membres.

Des programmes phares ont malgré tout su émerger depuis les années 1980 : les capitales européennes de la culture, les journées européennes du patrimoine, le prix LUX décerné par le Parlement européen ou encore le programme Creative Europe, programme-cadre de la Commission européenne visant à soutenir les secteurs de la culture et de l’audiovisuel. Selon le Forum français de la jeunesse, l’Union européenne a un plus grand rôle à jouer dans la culture au sein des États membres, ce qui doit passer en premier lieu par une meilleure information.

Le Forum français de la jeunesse préconise de mieux informer et sensibiliser les citoyen·ne·s (et notamment les artistes et créateurs·créatrices) sur les différents programmes et financements européens qui s’offrent à eux·elles.

Il appartient aux Centres d’information Europe Direct (plus de 600 antennes locales en Europe) de faire le lien entre l’échelon européen et l’échelon local, en donnant un accès aux informations culturelles et des moyens de coopération transnationaux dans le domaine de la culture.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Abaisser le droit de vote à 16 ans pour les élections européennes

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Abaisser le droit de vote à 16 ans pour les élections européennes

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Le préjugé selon lequel les jeunes de moins de 18 ans n’auraient pas la maturité nécessaire pour s’intéresser et prendre part à la vie publique est infondé.

Partout en Europe des États s’engagent sur cette voie : l’Autriche et Malte ont généralisé le droit de vote à 16 ans pour toutes les élections ; en Allemagne, certains Länder ont mis en place le vote à 16 ans pour les élections locales et régionales. En 2014, lors du référendum pour l’indépendance, l’Écosse a autorisé le droit de vote à 16 ans. D’après un sondage, 75% des 16-17 ans ont utilisé leur droit de vote à cette occasion.

Afin d’apporter une réponse à la faible participation, nous souhaitons abaisser le droit de vote à 16 ans pour les élections européennes. Pour le FFJ, ceci serait une réponse politique forte, à même de résorber une partie de la défiance des jeunes vis-à-vis du vote.

Cette mesure seule ne peut suffire. Pour cela, le Forum français de la jeunesse souhaite renforcer les cours d’éducation à la citoyenneté européenne, pour permettre l’éveil et la sensibilisation des jeunes le plus tôt possible. Ainsi, il convient d’inviter dans le milieu éducatif des acteurs·actrices de l’éducation populaire et de l’éducation non-formelle. Nous préconisons en ce sens une pédagogie active : il faut permettre aux élèves d’être acteurs·actrices et non plus spectateurs·spectatrices de la vie publique. Cela suppose d’introduire du débat et des méthodes participatives au sein des écoles à l’image des simulations de vote, des jeux de rôles (comme la méthode du Planspiel), ou encore d’autres outils pédagogiques innovants.

Nous faisons la proposition supplémentaire de banaliser chaque année le 9 mai – jour de la Fête de l’Europe – pour permettre aux organisations de la société civile de réaliser des interventions en milieu scolaire.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Soutenir le développement des médias transnationaux

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Soutenir le développement des médias transnationaux

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Tandis que l’Union européenne protège la liberté de la presse et sa pluralité au sein des États membres, les médias transnationaux se font rares. Sources de richesses, de mise en communs des savoir-faire et d’une meilleure appréhension d’une culture européenne, ils semblent pourtant être l’avenir des médias.

Le Forum français de la jeunesse réclame la création d’un Fonds d’aide de développement et de soutien à la création de médias transnationaux, géré par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Cet accompagnement financier doit permettre l’émergence d’un réseau de médias à vocation européenne accessible gratuitement et de manière uniforme dans l’ensemble des États membres.

Le développement de médias transnationaux permettra de communiquer davantage sur l’actualité de l’UE mais également sur son fonctionnement et sa vie démocratique. Ils combleront les lacunes des médias nationaux qui effectuent eux un traitement très variable des actualités européennes.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Sensibiliser les jeunes européen·ne·s à la lutte contre les discriminations

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Sensibiliser les jeunes européen·ne·s à la lutte contre les discriminations

2 votes, average: 1,00 out of 1 (2 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne reconnaît le droit à la non-discrimination. La Cour de justice de l’Union européenne parvient à réduire certaines discriminations, comme en 2011, par la reconnaissance des mêmes droits à un couple homosexuel uni par un pacte civil qu’à un couple marié.

Néanmoins, l’UE est encore dans une dynamique de censure des atteintes à ce droit fondamental sans traiter le problème en amont, par la sensibilisation et l’éducation.

Dans cette approche, le Forum français de la jeunesse préconise que l’Union européenne se dote d’un centre de ressources en ligne (accessible dans les 24 langues officielles de l’UE) pour toucher les jeunes et les adultes sur la question de la lutte contre les discriminations. Cette préconisation s’intègre parfaitement avec l’objectif européen pour la jeunesse n°2 relatif à “l’égalité des genres”.

Ce centre de ressources doit également pouvoir s’appuyer sur la création de bibliothèques physiques dédiées à la thématique de la non-discrimination et des droits fondamentaux. En matière de protection des droits fondamentaux, l’UE doit s’appuyer sur l’expertise développée par le Conseil de l’Europe depuis 1949, et notamment son Conseil consultatif sur la jeunesse qui agit pour la reconnaissance des minorités sexuelles et ethniques.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Mieux accompagner et informer les jeunes sur les questions de santé, de sexualités et de genre

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Mieux accompagner et informer les jeunes sur les questions de santé, de sexualités et de genre

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Les États membres de l’Union européenne sont inégaux devant les questions de santé, de sexualités et de genre. Tandis que certains prévoient des enseignements obligatoires dans les cursus scolaires, d’autres remettent en cause des droits acquis dans ce domaine jusqu’à la discrimination des minorités sexuelles.

Par ailleurs, en France, un rapport du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a montré que 25% des établissements (entendus par le HCE), « n’avaient mis en place aucune action ou séance en matière d’éducation à la sexualité, malgré leur obligation légale ». Ce chiffre témoigne des inégalités qui perdurent, en France comme en Europe, devant l’accès à l’éducation aux sexualités.

Le Forum français de la jeunesse préconise que l’Union européenne structure un réseau d’information et de sensibilisation permettant d’accompagner et d’informer les jeunes sur les questions de santé, de sexualités et de genre.

L’objectif de ce réseau, composé d’acteurs associatifs et d’entités parapubliques, est de fournir des services gratuits et anonymes aux jeunes pour tendre à une harmonisation au sein des États membres de l’UE. Ce réseau doit :

  • S’appuyer sur des “référent·e·s égalité” qui interviennent en milieu scolaire
  • S’assurer que ses membres respectent la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
  • Pouvoir bénéficier d’un financement européen pour soutenir ses membres le cas échéant

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Appliquer une politique ambitieuse en matière d’aide publique au développement

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Appliquer une politique ambitieuse en matière d’aide publique au développement

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

L’Union européenne est le premier donateur au monde en matière d’aide publique au développement (APD). Cette aide qui transite depuis les pays développés vers les pays en développement vise principalement à lutter contre l’extrême pauvreté et les maladies évitables. Elle produit aussi des effets indirects sur l’égalité entre les femmes et les hommes, la lutte contre la corruption ou encore la transparence des administrations.

Le Forum français de la jeunesse demande que l’objectif que les États membres consacrent collectivement 0.7% de la richesse nationale brute à l’APD soit atteint d’ici à 2030. Pour cela, l’UE doit avoir un rôle moteur et augmenter sa contribution en propre dans le cadre pluriannuel financier 2021-2027.

Le FFJ demande aussi à l’UE d’améliorer la transparence et l’évaluation de l’utilisation de cette aide. Les citoyen·ne·s doivent être en mesure de mesurer les impacts concrets produits par cette aide chaque année (enfants scolarisé·e·s, nombre d’écoles construites, de vaccins distribués…).

L’aide au développement doit aller vers une logique de coopération et non plus seulement un transfert d’argent, en développant le partage de savoir-faire mutuel, la formation et le renforcement des capacités. Cette aide doit cibler prioritairement les pays qui luttent contre la corruption, la pauvreté et oeuvrent activement pour leur souveraineté alimentaire.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Protéger les réfugié·e·s et déplacé·e·s environnementaux·ales

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Protéger les réfugié·e·s et déplacé·e·s environnementaux·ales

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Lors de la 14e Conférence des parties qui s’est tenue à Poznan en décembre 2008, le Haut-Commissaire adjoint des Nations unies pour les réfugiés a annoncé que près de 250 millions de personnes seraient amenées à se déplacer au milieu de ce siècle en raison d’un environnement dégradé.

Les catastrophes naturelles, environnementales et autres événements ou processus climatiques (désertification, sécheresse, augmentation du niveau de la mer…) entraînent déjà, et susciteront dans les prochaines années, des situations humaines dramatiques. Les déplacements liés à ces causes environnementales sont donc amenés à se multiplier en raison des conséquences des changements climatiques.

L’UE doit reconnaître et définir la notion de réfugié·e environnemental·e et pourrait à ce titre reprendre à son compte la définition du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) : “ceux qui sont forcés de quitter leur lieu de vie temporairement ou de façon permanente à cause d’une rupture environnementale (d’origine naturelle ou humaine) qui a mis en péril leur existence ou sérieusement affecté leurs conditions de vie”.

Dans un deuxième temps, le Forum français de la jeunesse propose d’étendre aux réfugié·e·s et aux déplacé·e·s environnementaux·ales la protection subsidiaire. Au sens de la loi française, cette protection est accordée à toute personne dont la situation ne répond pas à la définition du statut de réfugié·e.

Par ailleurs le Forum français de la jeunesse souhaite que l’UE :

  • Applique réellement l’Accord de Paris sur le climat (COP 21) et notamment son objectif de contenir la hausse du réchauffement climatique sous les 1.5°C d’ici à la fin du siècle
  • Renforce, par le biais de l’aide publique au développement, les “financements climat pour l’adaptation” aux pays les plus pauvres et les plus vulnérables qui sont les moins responsables du changement climatique, et pourtant les plus touchés.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Repenser les accords de Dublin

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Repenser les accords de Dublin

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Dans le contexte des crises qui frappent de nombreux pays des rives Sud et Est de la Méditerranée, les migrations forcées vers l’UE ont connu un nouvel essor ces dernières années. En vertu de la Convention de Genève ainsi que de la Charte des droits fondamentaux de l’UE, les Etats membres se doivent de garantir le droit d’asile dans le respect du principe de non-refoulement.

Les accords de Dublin obligent les migrant·e·s à déposer leur demande d’asile dans le pays où ils·elles arrivent dans la majorité des cas. Ce dispositif instaure des disparités entre les États membres et repose sur l’idée que tous les États membres appliqueraient les mêmes politiques d’accueil des demandeur·euse·s d’asile, ce qui est faux. Surtout, cette procédure ne prend pas en compte les aspirations et les besoins des personnes qui arrivent sur le sol européen.

  • Le Forum français de la jeunesse propose de réformer les accords de Dublin en soutenant la proposition du Parlement européen relative à la réforme de Dublin IV dans ses grands principes, et notamment les points suivants :
  • Demander au migrant ou à la migrante où il·elle souhaite se rendre en fonction de critères : présence d’un membre de sa famille, même culture ou même langue
  • Définir un espace d’asile commun dans l’UE
  • Aider les migrant·e·s à s’intégrer au mieux dans les pays d’accueil grâce à des dispositifs identiques pour tous les pays européens en adoptant une approche globale de l’intégration
  • Permettre un meilleure prise en charge des mineur·e·s, particulièrement lorsqu’ils·elles sont non accompagné·e·s : accès à la santé et à l’éducation dans les centres d’accueil. Pour cela, il convient de s’assurer du respect effectif de la Charte des droits fondamentaux de l’UE ou encore de la Convention internationale des droits de l’enfant

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Parvenir à un réel espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Parvenir à un réel espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Le processus de Bologne constitue le principal outil de la construction d’un espace européen d’enseignement supérieur. À ce titre, nous tirons un bilan mitigé de sa mise en place et de ses évolutions : présence limitée des principaux·ales concerné·e·s (les étudiant·e·s) au sein du pilotage institutionnel, compétitivité économique de l’enseignement supérieur ; mise en concurrence accrue des établissements ; remise en cause de certains droits étudiants ; manque de suivi des objectifs fixés…

La construction européenne doit être un outil d’harmonisation par le haut s’agissant des conditions de vie des jeunes et de leurs droits sociaux. Pour devenir cet outil de progrès social, il faut que l’éducation soit au coeur du projet européen comme un objectif prioritaire et partagé.

Le Forum français de la jeunesse propose dès lors d’investir dans le secteur éducatif et de sortir les moyens dédiés à l’éducation, à l’enseignement supérieur et à la recherche du calcul du déficit public des États membres.

Il est également nécessaire de créer une structure indépendante en charge de contraindre les États membres à mettre en place les dispositions suivantes du processus de Bologne : une meilleure reconnaissance des diplômes à l’échelle européenne, une mutualisation vers le bas des frais d’inscription pour l’ensemble des étudiant·e·s (y compris les étudiant·e·s extracommunautaires), encourager la dimension internationale de l’enseignement supérieur européen tout en luttant contre les logiques de compétitivité économique.

Sur le modèle de l’appel à propositions de la Commission européenne paru en 201818, le Forum français de la jeunesse souhaite que l’UE alloue plus de financements à la création d’universités européennes.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Renforcer le programme Erasmus +

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Renforcer le programme Erasmus +

0 votes, average: 0,00 out of 1 (0 votes, average: 0,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Alors que l’Union européenne souhaite voir augmenter le nombre de jeunes ayant connu une mobilité, il est nécessaire qu’elle travaille au développement d’opportunités pour tous·tes. Loin d’accompagner l’ensemble des jeunes dans un tel projet, le programme Erasmus + ne bénéficie aujourd’hui qu’à une faible minorité de jeunes européen·ne·s.

La mobilité des jeunes chômeur·euse·s et des jeunes actif·ve·s doit aussi constituer un enjeu pour l’UE. Près de 50% des jeunes européen·ne·s sans emploi de 20 à 34 ans déclarent être prêt·e·s à se déplacer pour trouver du travail et l’expérience de la mobilité est quelque chose de plus en plus valorisé dans le monde du travail.

Le Forum français de la jeunesse propose de multiplier par 10 les financements alloués au programme Erasmus+ pour permettre à un maximum de jeunes de vivre une expérience de mobilité. Cet objectif financier permettra de satisfaire la forte demande des jeunes, il s’inscrit à cet égard dans la promesse du Président de la République que “la moitié d’une classe d’âge [soit en] mobilité Erasmus d’ici 2024».

De nouvelles formes de mobilités doivent également être encouragées et reconnues comme celles dites “à domicile”, destinées aux jeunes qui rencontrent des obstacles pour se déplacer ou alors qui ne sont pas prêt·e·s à franchir le pas d’une mobilité physique. Le FFJ souhaite en ce sens renforcer les “jumelages numériques” et ce dès le plus jeune âge : la participation au montage de projets numériques, entre des jeunes européen·ne·s, permet de vivre une expérience internationale sans se déplacer. Cette mesure doit s’accompagner d’un outil de reconnaissance, comme le Youthpass ou les crédits ECTS. Cette expérience numérique de la mobilité doit également être un moyen potentiel de donner à des jeunes qui ne souhaitaient pas partir, la volonté de vivre une expérience physique de la mobilité par la suite.

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse

Améliorer l’information et la valorisation autour des mobilités

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Je bouscule !

En savoir +

Améliorer l’information et la valorisation autour des mobilités

1 vote, average: 1,00 out of 1 (1 votes, average: 1,00 out of 1)
You need to be a registered member to rate this post.

Je vote !

Bouscule la Politique en interpellant le/la candidat·e de ton choix sur Twitter et sur Facebook pour le/la faire réagir sur cette proposition ! La liste des candidat·e·s est présentée dans un ordre aléatoire.

Pour le FFJ, la mobilité est un outil fondamental dans le renforcement de la citoyenneté européenne. Depuis 1987, la date de la création du programme Erasmus, l’Union européenne s’est dotée de nombreux dispositifs permettant de soutenir et faciliter les mobilités des jeunes européen·ne·s. Son programme phare, Erasmus +, a ainsi permis à des millions d’européen·ne·s d’effectuer une mobilité, mais cela reste encore insuffisant à l’échelle de toute une génération de jeunes puisque cela représente moins de 20% d’une classe d’âge.

Aujourd’hui, et pour de nombreux jeunes, l’accès à la mobilité est également freiné par des barrières financières, sociales, linguistiques et culturelles. À ce constat, s’ajoute aussi celui de la stagnation du nombre de jeunes à connaître une expérience de mobilité avant leurs 25 ans.

Le Forum français de la jeunesse propose de mettre en place des “médiateur·rices” dont la mission est d’orienter et de préparer les jeunes à la mobilité. En coopérant avec les associations qui oeuvrent dans ce domaine et en mobilisant les jeunes qui ont déjà vécu une mobilité, ces médiateur·rices ont pour objectif d’informer sur les dispositifs existants mais aussi de sensibiliser les acteurs économiques à la reconnaissance de la mobilité et à ses bienfaits en matière de savoir-être et de savoir-faire.

Cette reconnaissance doit également s’effectuer en :

  • Promouvant une plus grande transparence et lisibilité des modules éducatifs, comme c’est actuellement le cas avec les crédits ECTS
  • S’assurant que les établissements délivrent de manière systématique les diplômes complémentaires aux certificats de l’enseignement supérieur (suppléments de diplômes par exemple)

Retrouve cette proposition dans le Livre Blanc du Forum Français de la Jeunesse